L’AROMATHERAPIE : LES BASES

QU'EST-CE-QUE L'AROMATHERAPIE

Le terme “aromathérapie” désigne l'emploi des huiles essentielles issues des plantes aromatiques pour améliorer ou préserver sa santé et son bien-être.

L'huile essentielle (HE) est une substance volatile et odoriférante sécrétée par les plantes aromatiques. L'huile essentielle est obtenue à partir d'une matière première (dont elle porte le nom) par simple distillation ou par expression mécanique à froid. Les parties distillées peuvent être situées tant au niveau des parties aériennes (fleurs, feuilles, tiges et rameaux) que des organes souterrains (racines, rhizome).

Les huiles essentielles, constituant le système de défense de la plante, sont gorgées de principes actifs qui agissent sur notre équilibre psychique et physique. Une huile essentielle contient 100% de molécules aromatiques.

Les réflexions dispensées ici ne peuvent en aucun cas se substituer à une consultation chez un médecin ou un thérapeute qu'il vous revient de contacter pour votre suivi.

 

 

COMMENT SONT FABRIQUEES LES HUILES ESSENTIELLES

1 - La distillation lente par entraînement à la vapeur d'eau permet d'extraire les éléments actifs des plantes dans un alambic. Ce procédé d'extraction traditionnel entraîne les substances aromatiques grâce à la vapeur d'eau, à pression contrôlée, qui fait éclater les cellules sécrétrices (« poches à essences ») de la plante contenant les molécules aromatiques.

Cette vapeur chargée de principes aromatiques passe dans un serpentin qui baigne dans une cuve d'eau froide et redevient liquide (c'est le « distillat », communément appelé « eau florale »). Arrivée dans l'essencier, l'huile essentielle se sépare de la phase aqueuse par simple différence de densité, l'huile essentielle étant généralement plus légère que l'eau.

La distillation lente à basse pression (qui se fait au détriment de la vitesse ...donc du volume... et de la rentabilité) vous assure une meilleure qualité : la vapeur d'eau passant plus lentement au coeur de la plante se charge intimement de toutes les molécules aromatiques du végétal et les restitue à l'huile essentielle pour lui conférer une richesse et une rondeur aromatique exceptionnelles...

distillation

 

2 - L'expression à froid, réservée aux écorces d'agrumes (orange, citron, mandarine, pamplemousse, bergamote, etc.) est une méthode consistant à briser mécaniquement les cellules sécrétrices pour en récupérer les précieux liquides. Ce procédé réalisé à température ambiante consiste à dilacérer (procéder à de multiples petites coupures) les zestes (péricarpe) du fruit. Le contenu des poches sécrétrices est rompu puis récupéré en exerçant sous un courant d'eau une action abrasive sur toute la surface du fruit. Une fois les déchets solides éliminés, l'huile essentielle (dite essence pour ce procédé) est séparée de la phase aqueuse dans une centrifugeuse, puis filtrée.

 

QUALITE DES HUILES ESSENTIELLES

Toute étiquette d’une huile essentielle vendue par un laboratoire/distributeur sérieux doit comporter :

· La dénomination botanique (le nom latin)

· La partie de la plante distillée

· Le chémotype ou “race chimique” qui est la molécule la plus caractéristique de l'huile essentielle, celle qui    va engendrer sa propriété dominante.

· Le fait qu’elle soit 100% pure et naturelle (afin d’éviter les falsifications)

· L’origine géographique de la plante utilisée

 

 

NOTRE DEMARCHE QUALITE

Presque toutes les huiles essentielles choisies par Litsée sont certifées bio. Au travers de nos marques, nous travaillons dans le respect des producteurs et des consommateurs, garantissant un prix d’achat juste aux premiers, et une qualité haut de gamme aux seconds.


Nous sommes également très attachés à la qualité vibratoire des huiles. Ainsi, les notions de terroir, de millésime et de distillation rentrent en ligne de compte. une huile essentielle dun même fournisseur, produite sur un même terroir, n'aura pas la même qualité selon la récolte (notion de millésime) et la distillation. Dans cette optique, nous nous réunissons avec un groupe d'experts une fois par mois (et cette réunion est toujours un plaisir partagé que nous attendons toutes avec impatience :)), pour évaluer les huiles, les comparer, et sélectionner les meilleures.


UTILISATION DES HE

Les huiles essentielles peuvent s'utiliser de différentes manières :

· Diffusion : Les huiles essentielles peuvent être nébulisées dans un diffuseur électrique. L'odeur est très intense. Cette méthode permet de nettoyer l'atmosphère de tout germe pathogène; elle a un effet préventif et thérapeutique.

· Inhalation : Soit directement sur un mouchoir (inhalation sèche), soit en versant quelques gouttes d'huile essentielle dans un bol d'eau bouillante (inhalation humide). L'inhalation est un moyen efficace pour dégager les voies respiratoires ou pour tonifier et nettoyer la peau. Méthode déconseillée aux asthmatiques et aux enfants de moins de 7 ans. Diminuez le nombre recommandé de gouttes pour les enfants jusqu'à 11 ans.

· Voie cutanée diluée : les HE sont solubles dans un corps gras ou dans l'alcool. inutile d'essayer de les diluer dans de l'eau. La voie cutanée diluée est la voie royale de l'aromathérapie. Dans une huile végétale, on diluera les huiles essentielles souhaitées jusqu'à 30%. Une dilution à 10% dans 50ml d'huile végétale correspond à 100 gouttes. Attention, le plus est parfois l'ennemi du mieux. Ce n'est pas parce que la concentration est plus forte que l'efficacité est supérieure. Plus la concentration sera élevée, et plus la pénétration dans l'organisme sera rapide. Or, en cas de troubles localisés, l'intérêt est de rester le plus longtemps possible sur la zone à traiter. Pour un traitement global, on appliquera le mélange sur la face interne des poignets ou sur le voûte plantaire.

· Voie cutanée pure : uniquement en cas d'urgence, sur une petite surface et pendant moins de 24h :

* Lavande fine pour les brûlures (et rien d'autre!).

* Ciste ladanifère pour arrêter les saignements

* Hélichryse italienne pour les hématomes et coups violents (s'appelle aussi Immortelle)

* Menthe poivrée pour calmer la douleur (peut remplacer une bombe de froid sur une entorse).

· Voie orale : mélangées avec un peu de miel ou d'huile végétale, ou encore prises sur un sucre ou un comprimé neutre (1 à 2 gouttes sur un support maximum 3 fois par jour). Pour ce mode d'utilisation, il est indispensable de suivre les indications prescrites par un médecin spécialisé en aromathérapie.

 


AROMATHERAPIE VERSUS AROMACOLOGIE

Deux disciplines utilisent les huiles essentielles :

· l’aromathérapie : pour faire face à un trouble ou une maladie. Il conviendra de consulter un thérapeute. Les modes d’administration pourront être : la voie cutanée diluée (jusqu’à 30% grand maximum), l’inhalation humide ou la voie orale (pour laquelle une consultation chez un spécialiste de la santé est indispensable)

· L’aromacologie : pour le bien-être, le plaisir, la relaxation, la prévention. Les modes d’administration seront : la diffusion, l’inhalation sèche, la voie cutanée diluée jusqu’à 5%

Tableau indicatif des pourcentages de dilution

tableau de correspondance Aroma

 

 


RISQUES D'ALLERGIES : A FAIRE AVANT TOUTE PREMIERE UTILISATION D’UNE HE

Avant d'essayer l'une des huiles essentielles proposées, il est recommandé de faire un test préalable sur la peau afin de déterminer une éventuelle allergie aux huiles essentielles. Pour cela, diluer1 goutte d’huile essentielle dans 1 goutte d’huile végétale. Appliquer un peu de cette préparation à la pliure du bras et masser légèrement. Laisser agir 10 minutes à 1 heure. Si vous n’observez ni inflammation, ni démangeaison, ni plaque rouge, vous pouvez utilisez cette huile sans crainte.

PRECAUTIONS GENERALES

· Ne pas utiliser les HE pendant la grossesse, l'allaitement, chez les enfants de moins de 3 ans et les personnes âgées.

· Les utiliser avec précaution chez les enfants de moins de 7 ans, les personnes atteintes d'épilepsie et en cas de problème cardiaque. Seul un médecin spécialisé en aromathérapie peut prendre cette responsabilité.

· Certaines huiles essentielles, bénéfiques sur des courtes périodes, peuvent se révéler nocives ou voir leurs effets s’inverser en cas d’utilisation prolongée ou massive. Il est donc impératif de toujours consulter un spécialiste pour l'établissement du diagnostic et l'appréciation de la gravité de la pathologie.

· Ne pas les mettre dans les yeux. Si, par accident, l'œil reçoit de l’huile essentielle, imbibez un coton d'huile végétale, celle-ci calmera immédiatement l'inflammation.

· Ne pas les laisser à la portée des enfants.

· Si, par mégarde, il vous arrivait de dépasser le gramme d'huile essentielle (HE) (1/2ml) en une seule prise, il convient de suivre les consignes suivantes :

  • Avaler 30 ml de n'importe quelle huile végétale (dilution). Les huiles essentielles ne se mélangeant pas à l’eau, il est dès lors inutile de boire beaucoup d’eau pour les diluer.
  • Prendre 2 à 4 comprimés de charbon de bois (absorption).
  • Dès les premiers symptômes digestifs (nausées, vomissements) ou nerveux (troubles de la parole, de l'équilibre, vertiges, incohérence), il faut envisager un lavage d’estomac dans un centre hospitalier proche.
  • En cas de doute, téléphoner au Centre Anti-Poison pour obtenir des renseignements complémentaires

LES PRECAUTIONS ET CONTRE-INDICATIONS SPECIFIQUES

•  Certaines huiles essentielles sont dermocaustiques, c’est-à-dire qu’elles peuvent provoquer des brûlures de la peau. Ces huiles seront utilisées sur avis médical et toujours très diluées. JAMAIS à l’état pur. En voici la liste :

  • HE Cannelier (feuilles, écorce) : peut provoquer de graves brûlures. Toujours diluer, à une concentration toujours inférieure à 5% grand maximum.
  • HE giroflier
  • HE sarriette
  • HE thym vulgaire ct thymol
  • He origan (toutes les espèces sauf origanum marjorana, marjolaine à coquilles, très douce)

•  Certaines huiles essentielles sont particulièrement allergisantes :

• Certaines HE sont irritantes. On ne les utilisera pas seules en diffusion atmosphérique, mais accompagnées d’autres huiles plus adoucissantes :

  • HE verveine vraie
  • HE lemongrass
  • HE mélisse officinale
  • HE menthe des champs
  • HE poivre noir (absolument pas intéressant en diffusion)
  • HE pin sylvestre : intéressante en diffusion à condition d’y rajouter d’autres huiles essentielles (les agrumes seront parfaits)
  • HE eucalyptus globulus ou radiata : intéressante en diffusion à condition d’y rajouter d’autres huiles essentielles (les agrumes seront parfaits). Attention : peut provoquer des crises d’asthme chez les personnes déjà asthmatiques. On lui préfèrera alors un saro ou une ravintsara.

 

• Certaines HE sont photosensibilisantes si on les applique en voie interne ou en voie cutanée.  En diffusion, les molécules photosensibilisantes ne passent pas dans l’organisme. Il s’agit de toutes les essences, c’est-à-dire, toutes les expressions de zestes d’agrumes (les molécules photosensibilisantes ne passent pas non plus dans les procédés de distillation) :

  • Essence de mandarinier
  • Essence de bergamotier
  • Essence de pamplemoussier
  • Essence d’oranger amer

• Toutes ces essences peuvent également provoquer des irritations cutanées à l'état pur.